Trip-Hop

 

p1-2.jpg

Est-il encore besoin de présenter Portishead ? Geoff Barrow et Beth Gibbons sont devenus en dix ans des artistes cultes, dont les moindres nouvelles sont attendues par leurs fans comme les nouvelles qui pourraient (enfin) faire sortir le Trip-Hop de sa torpeur actuelle...
Le premier album du groupe, ce "Dummy" sombre et torturé, reste à ce jour une des oeuvres musicales (tous styles confondus) les plus marquantes et les plus abouties, considérée un peu comme "LA base" du mouvement Trip-Hop. Mais là où d'autres artistes sont restés très confidentiels, Portishead a gagné un public extrêmement vaste et signé le tube de l'année 94 ("Glory Box"), qui sonnait à l'époque comme le renouveau de la création musicale britannique, offrant une option différente de la vague brit-pop des Blur, Oasis et autres Pulp, alors en pleine explosion.

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

 

220px-portishead-portishead-cd-album-cover-2.jpg

 Pour son second album, on attendait Portishead dans le sillon creusé par le premier. Les mêmes méthodes de travail sont donc utilisées bien que Geoff Barrow ait mis du temps à se sentir assez satisfait pour envisager la sortie du disque. Comme Dummy, celui-ci comporte onze titre toujours aussi denses avec ce grain de vieux disque de blues si particulier. La musique est toutefois plus axée qu’auparavant sur le duo basse-batterie et moins sur les nappes de clavier. Cet album éponyme comporte moins de titres forts que son prédécesseur bien que la qualité générale soit au rendez-vous. Au rayon des nouveautés, la compression du chant sur « Half day closing » et la présence de cuivres, notamment sur « All mine » et « Only you », qui rappelleront à certains les orchestrations de John Barry, compositeur attitré des James Bond.                           

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI 

     

pe-portishead-third.jpgLe troisième album de Portishead, enfin. Presque quinze années ont passé depuis le Dummy de leurs premiers exploits, qui donnait une nouvelle orientation (issue de secours) à la musique électronique.Après un difficile Portishead et le superbe album de Beth Gibbons et Rustin Man, le trio franc tireur est de retour avec ce Third expérimental et périlleux.

Oubliées les vignettes trip-hop mélancoliques, Geoff Barrow et Adrian Utley ont choisi de se réinventer à travers le prisme du krautrock et les assauts de guitares tranchantes, dessinant un paysage organique nerveux et inquiétant. Isolée, Beth Gibbons semble tantôt fuir ou se poser sur les structures mouvementées de « Silence » ou « Small ».      

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

 

 massive-attack-blue-lines.jpgN’ayons pas peur des mots : il y a un avant et un après Blue Lines. Sorti en 1991, le premier album de Massive Attack - rebaptisé Massive à cette occasion pour cause de Guerre du Golfe – fait partie de ces chefs-d’œuvre qui révolutionnent une époque en douceur, sans effusion de sang. Ce qui frappe d’emblée à son écoute, c’est la simplicité avec laquelle s’y mêlent les influences : les références et les citations sont nombreuses, on n’a pourtant jamais l’impression que le groupe recycle de l’ancien pour faire du neuf : Blue Lines est authentiquement moderne.   

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

 

 

2438398832.jpgPlus atmosphérique et plus distant avec le format chanson, "Protection" montre un Massive Attack plus expérimental, explorant la fusion entre soul, hip-hop et le reggae dub dans de longues séquences de transes rythmiques. Lancinantes et discursives, les compositions déroulent de grands espaces electro-dub où les voix invitées de Tracy Thorn (Everything But The Girl), Nicolette et le piano de l'inventif Craig Armstrong apportent quelques touches de couleur et une présence organique.

 

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI  

   

 

277.jpg

No Protection est un album remix du groupe de trip hop Massive Attack réalisé par Mad Professor paru en 1995. Cet album est le négatif de Protection, paru l'année précédente.  

 

 

 

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

 

 

massivemezzanine.jpgMezzanine est le titre du troisième album intégral du groupe de BristolMassive Attack, innovateurs, à l'origine du mouvement musical trip hop. Sorti en 1998, il a marqué son époque en donnant une place plus importante à des courants musicaux obscurs qui avait toujours été présent dans la musique du collectif.

Acclamée par beaucoup de critiques comme un succès artistique[réf. nécessaire], l'ambiance générale de l'album est une sombre et épaisse oppression ; les seuls sursis sont le joli troisième titre Teardrop et l'instrumental relaxantExchange. Sur un rythme lent mêlant boîte à rythmes et percussions, un dispositif discordant de guitares rock sur plusieurs titres accroît la tension de l'album, prétendument contre les souhaits du membre fondateur Andrew Vowles (aliasMushroom), qui quitta le groupe peu de temps après la sortie de Mezzanine, montrant des différends créatifs profonds1Mezzanine comporte les contributions d'Horace Andy, invité de longue date sur tous les albums de Massive Attack, ainsi que la chanteuse du groupe Cocteau TwinsElizabeth Fraser.

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

 

massive-attack-heligoland-2010.jpgUne balade hors des chantiers classiques de la musique de consommation des années 2000. Le son de cet album est un retour au doute des années 90, une réflexion sonore semblable à celle qui avait engendré l’album mezzanine. La notoriété commerciale de Mezzanine en fait une référence mais l'album Heligoland est une réussite tout aussi puissante

 

 

 

 Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

 

 

morcheeba-big-calm.jpg

 

Pour les connaisseurs, Morcheeba n’est plus à présenter.  Au fil des albums, ce groupe britannique, formé par les frères Godfrey, a su se faire un nom sur la scène Trip-Hop et Downtempo. N’hésitant pas à mêler des influences aussi diverses que R&B, pop ou blues, le groupe a pu apporter un vent de fraîcheur à chacun de leurs albums. Big Calm, issu de l’album éponyme sorti en 1998, reste un de leur plus gros succès.

 

 Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

 

 

 

1246114789-morcheeba-who-canzzzzzzzz-1.jpgWho Can You Trust? est le premier album du groupe Morcheeba sorti le 24 septembre 1996. Cet album, entièrement écrit (paroles et musique) par les trois membres du groupe, fut immédiatement un gros succès et installa Morcheeba sur la scène internationale.

 

 

 

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

pressure-drop-elusive-cover.jpg

S'il est un album que tout amateur de trip hop doit posséder, c'est bien cet Elusive de Pressure Drop, magnifique de bout en bout, où se mêlent des influences soul, de la funk, du hip hop, du gospel et même du classique (notamment sur le magnifique Darkness, downtempo et classique, où s'élève la voix superbe d'Anita Jarrett). Certains titres de l'album rappellent du Massive Attack période Blue lines, mais cet album possède une atmosphère, une densité et une capacité indéniable à créer des ambiances tantôt sombres, tantôt lumineuses,un tempo lent, par endroits plus rythmé,ce qui constitue un véritable bonheur pour l'oreille et confère à l'album sa propre identité. 

 Ecoutez sur DEEZER -----> ICI 

 

 

51xdpra7-el.jpgRuby, artiste mystérieuse à l'univers étrange, a signé avec ce "Salt Pepper" un disque qui donne envie de découvrir la suite... Son inspiration est celle d'une écorchée vive : mélangeant à la fois le trip-hop à des tonalités rock assez agressives, cette oeuvre grave et turbulente peut vous filer la frousse autant que l'envie de tout casser ! Impertinent et mystérieux, mais à replacer dans le contexte musical de son année de sortie.

 

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI  

 

tricky-maxinquaye-album-cover-3035.jpegTricky, de son vrai nom Adrian Thaws, est un musicien britannique, né le 27 janvier 1968. Il est considéré comme un des piliers du trip hop, mouvement musical des années 1990 et il mélange notamment rockhip-hopmusique électronique etmusique soul. Son premier album, Maxinquaye, a été nommé pour le Mercury Prize et fut élu album de l’année par la revue musicale NME. Il fut membre de Massive Attack mais il quitte le groupe en 1994 après la sortie de l'album Protection.

 

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI  

 

 

presence.jpgLa house est un style musical où les réputations se construisent plus souvent à coup de maxis anonymes qu'avec de longs albums fleuves. C'est de cette manière que le vétéran Charles Webster a acquis en 15 ans une reconnaissance aussi sûre que discrète - ses noms d'emprunt étant en vrac Furry Phreaks, Sine, Symetrics, Lo: Rise ou encore Love From San Fransisco.

Mais avec son nouveau projet Presence, le producteur nous livre un véritable LP, d'une cohérence remarquable, clairement destiné à un usage domestique. Car avec cet assortiment de 11 morceaux, pour la plupart chantés, c'est sans conteste sur les terres de Massive Attack ou d'Everything But The Girl que chasse le bon Webster. On remarque d'ailleurs la présence de deux vocalistes de Massive sur ce disque, Sahra Jay et Shara Nelson. On ne pouvait rêver de meilleures ambassadrices pour le son groovy de ce disque. Car autant mettre les choses au clair, de rythmes house stricto sensu il est peu question ici. Sur ces onze plages de douceur mid-tempo rêgne un sentiment pop mélancolique complexe, loin des facilités du dancefloor. Un sentiment qui atteint son paroxysme sur Far Far Away From My Heart, somptueuse ballade lo-fi.

 Ecoutez sur LAST.FM -----> ICI   

 

album-a-new-stereophonic-sound-spectacular.jpgAvec ses rythmiques trip-hop, ses cordes samplées chez Isaac Hayes ou John Barry et ses ambiances à la David Lynch, "A New Stereophonic Sound Spectacular" collait parfaitement à son époque. Comparé à Portishead, le groupe allait tourner aux States et voir ses chansons tapisser les films de Bertolucci ou les séries télé pour ados.

Quinze ans plus tard, une édition Deluxe lui rend parfaitement hommage. Vinyle, remixes et raretés enrichissent l'écrin original. Un classique. - L.L.

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI 

 

a3984.jpgTout simplement ce qu'Hoovephonic a produit de plus puissant. Battersea est particulièrement envoûtant. Les arrangements musicaux sont l'essence de cet album (contrairement aux suivants où les voix sont au coeur). L'album peut s'écouter d'un seul jet, sans accroc. On découvre des univers bien distincts avec cette espèce d'émerveillement permanent. Eden est tout simplement une tuerie. On lorgne du coté de la pop sans jamais céder à la facilité (This strange Effect, Renaissance affair) ! Il y a un charme redoutable qui s'opère à l'écoute de titres comme Out of Tune

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI 

 

album-the-magnificent-tree.jpgThe Magnificent Tree resserre les réseaux d'influences et forge une unité plus marquée, celle d'une maturité liée à un line-up stabilisé et idéal. Les guitares se font western (Jacky Cane), ou limpides (la chanson titre), rappelant parfois les 80's. L'ombre de Lewis Carroll plane au-dessus de Frosted Flake Wood, les cordes sonnent parfaites pour Out Of Sight, Cocteau Twins affleure sur Pink Fluffy Dinosaurs ou L'Odeur Animale... Certains évoquent l'étiquette trip hop, mais il est désormais, et plus que jamais, absurde de réduire Hooverphonic à cela. Intelligent et abordable, ce Mad About You a toutes les chances d'élargir son audience, tout en faisant regretter un peu le passé aux fans de la première heure.

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI    

 

 

bjork-debut1.jpgUn premier album en forme de vrille electro-pop excentrique et variée qui nous présente déjà l'univers baroque et arty de l'artiste, co-produit avec l'aide de Nellee Hooper du groupe anglais Soul II Soul.

 

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI   

 

 

 

post.jpgSuite logique de "Debut", ne serait-ce que par son titre, "Post" est l'album de Björk qui regroupe le plus d'influences variées: sa pop bidouillée électroniquement se mélange aux talents de producteurs de Nellee Hooper Tricky ou Howie B. Mais reste indéniablement personnelle et unique.   

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI 

 

 

 

bjork-homogenic.jpgEn 1997, quelques semaines avant la sortie du troisième album solo de la chanteuse, on se pose néanmoins des questions : le titre choisi (Homogenic) n'annonce-il pas un disque moins aventureux que ses prédecesseurs ? L'âme errante aurait-elle choisi de se stabiliser enfin ? Soulagement immédiat à la première écoute : non, Björk n'a pas fini de nous étonner... Sur cet album, elle continue au contraire son exploration musicale et crée un nouvel univers où se cotoyent les instruments à cordes (le déchirant "Unravel") et les sonorités techno minimalistes et hypnotiques (le froid et quasiment inécoutable "Pluto"). Le résultat est un paysage musical d'une grande beauté – une beauté glaciale, étrange et planante. 

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI   

 

731.jpgLe premier album d'Archive est un riche mélange électronique de musique classique, hip-hop et parfois jazz pour obtenir au final un des meilleurs trip-hop des années 90. On retrouve à la voix Roya Arab (soeur de Leila) ainsi que le rappeur John Rosko pour accompagner le duo londonien Danny G et Darius Keller. Un morceau comme "Nothing Else" justifie à lui seul le devoir de posséder cet album. Mais il faut également compter sur "Darkroom", "Organ Song" ou "Old Artist" pour ne citer qu'eux. Londinium reste l'un des meilleurs albums trip-hop, à ranger entre Dummy de Portishead et Mezzanine de Massive Attack.

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI  

 

archive-take-my-head.jpgEn 1999, Archive reviennent avec un Album plus Pop (à cause des Gens qui l’ont mixé dans le Dos des Compositeurs) et plus ouvert, plus Accessible, moins Sombre et définitivement « Aérien », tranchant avec Londinum qui lui était plus Pessimiste. Ah oui, Exit le Rappeur, et c'est une Nouvelle Chanteuse, qui rappelle Sinead O'Connor.

Cet Album est Etrange, car on reconnaît aussitôt les Morceaux qui sont tels que les Compositeurs les ont voulu (You Make Me Feel, Take My Head) et les autres qui ont valu à Archive de perdre une Partie de son Public qui n’a pas du tout apprécié le Coté PopLégère de Titres comme « The Way You Love Me », « Brother » ou « Woman ». 

Et c’est vrai que ces Titres font Pâle Figure, même si ils sont plus Nombreux, face aux Deux Bombes que sont You Make Me Feel et Take My Head. Nouvelle Chanteuse, un Vrai Batteur, et des Chœurs du plus Bel Effet. Voilà « Take My Head », un Album qui marque moins que Londinium, mais qui reste cependant très Agréable à écouter en marchant.

Ecoutez sur LAST.FM -----> ICI  

 

346671-1-f.jpgA l'écoute de ce premier album de Waldeck, une remarque s'impose : si ce groupe ne vient de Bristol, il a pourtant toute la noirceure et le potentiel de Portishead ouMassive Attack. Originaires de Vienne, Klaus Waldeck s'est entouré de musiciens/programmeurs talentueux ainsi que d'une chanteuse à la voix magnifique et grandiose : Joy Malcolm. Mixé à Londres, cet album développe les penchants dépressifs et minimalistes que l'on avait découvert sur le maxi Northern Lights.

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

 

 

345.jpgCe second album de Waldeck parait beaucoup plus accessible que son prédécesseur Balance Of The Force. Mélodies mélancoliques sont au rendez vous (d'ailleurs on ressent pas mal une ressemblance avec Massive Attack sur quelques morceaux : Slowly, Fallen Angel) ainsi que quelques sons dub comme The Night Garden. Le tout est joliement pourvu de voix féminines et masculines qui ravireront tout le monde.En résumé, malgré un sentiment de déjà entendu, cet album est très agréable, mélankolic à souhait, on passera de très bons moments à l'écouter.

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

 

 

alpha-come-from-heaven.jpgAlpha est un groupe de trip-hop britannique composé de Corin Dingley et Andy Jenks. En 1997 c'est sur le label de Massive Attack, Melankolik, qu'Alpha enregistre son premier album, Come from heaven.Le titre du disque ne peut être plus évocateur et des morceaux comme "Sometime Later", "Slim" ou encore "With" ne font que renforcer cette impression : cette musique vient tout droit du paradis. Douceur, sensualité, tendresse et glamour semblent être les sentiments que ressent l'auditeur à l'écoute de ce premier album d'Alpha sorti sur le label de Massive Attack : Melankolic. 13 pistes merveilleusement composées pour la plupart, où se croisent sonorités pop, soul et jazz. Un des rares albums où se cotoient voix masculine (Martin Barnard) et voix féminines (Wendy Stubbs, Helen White) de façon si harmonieuse. Une oeuvre qui confirme le fait que la scène bristolienne est bien celle qui produit les meilleures disques de trip-hop.

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

 

becoming-x-sneaker.jpgAh, les années 90's, les années disco, les boules à facettes, les coupes afro... et pendant que certaines personnes étaient sur le dancefloor, d'autres vaquaient dans un canapé à écouter Sneaker pimps. C'était le bon temps. Becoming X fut l'un de mes premiers albums de trip-hop, et comme toute expérience, elle marque. Quatorze ans après leur album une chronique s'imposait. Alors, nostalgie ou pas ?
Le moins que l'on puisse dire avec cet album c'est que l'ambiance et l'instrumentalisation sont reconnaissables, agréables à l'oreille et particulièrement faciles d'accès. Ajoutons à cela une voix des plus charismatiques et nous obtenons un album intemporel, qui, même après tout ce temps, mérite plus qu'une oreille attentive. Souvent accompagnée de guitares électriques, on pourrait reprocher à certaines des pistes d'être un peu trop orientées " rock " mais les fonds sonores composés de bruitages en tout genre, de cloches, de violons, de sirènes nous font plus penser à des morceaux de Death in Vegas qu'à des morceaux des Beatles.

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

 

f4383cb07a983ab2434ad17b9e2.jpgComme l'album précédent d'EkovaSpace Lullabies and Other Fantasmagore est un enchevêtrement de différentes sources musicales superbement réussi, avec des invités américains, iraniens et algériens, le son arabisant d'Ekova et enfin des beats toujours aussi électro d'une très grande propretée. Il n'y a pas vraiment de titres meilleurs que les autres, mais recommandons tout de même How Sweet Mal ou Cruel Sister du groupe anglais Pentangle. Le son multiculturel d'Ekova vous emmenera aux quatre coins de la planète tout en restant au même endroit. C'est ça Ekova. Vous ne saurez pas dans quelle langue elle chante, la seule chose dont vous serez sûr, c'est de ne jamais vouloir que le CD s'arrête de tourner.

 

Ecoutez sur DEEZER -----> ICI

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 09/10/2012